preload

APLI
Actus

Pâturage d’arbres fourragers

by ApliCom

Posted on janvier 28, 2019 at 04:25

Du murier blanc à 17 % de MAT dans la ration des bovins allaitants

Le murier blanc permet aux éleveurs allaitants de l'Ariège d'améliorer leur autonomie alimentaire. En effet, cet arbre fourrager se pâture. Pour tester sa productivité, la chambre d'agriculture du département a implanté une bande test (25 000 pieds/ha) chez un éleveur.

Cette année, beaucoup d’éleveurs ont subi la sécheresse estivale de plein fouet. Et s’ils se tournaient vers le pâturage d’arbres pour palier ce déficit de fourrage ? C’est ce que testent des éleveurs ariégeois en collaboration avec la chambre d’agriculture en implantant des parcelles de mûrier blanc.

Le projet Agrosyl vise à promouvoir les pratiques agricoles en lien avec la forêt, les arbres et le bois pour répondre aux problématiques des exploitations agricoles. Il est animé par la chambre d’agriculture de l’Ariège. Les porteurs du projet tentent de construire des références en agroforesterie et sylvopastoralisme. Mehdi Bounab, conseiller de la chambre d’agriculture expliquait lors des 3R en décembre dernier : « Les arbres sont très présents dans les élevages du secteur (bois et haies autour des prairies permanentes). Ils sont actuellement utilisés par les éleveurs pour la production de bois et constituent des abris pour les animaux. En revanche, d’autres applications sont possibles. »

17 % DE MAT POUR DU MURIER BLANC QUI SE PÂTURE OU S’ENSILE

Les membres du projet ont réalisé des enquêtes auprès d’éleveurs allaitants ariégeois et ont identifié deux besoins principaux : améliorer le bien-être animal et acquérir plus d’autonomie alimentaire. Les arbres ouvrent alors la porte à quatre solutions possibles : la production de plaquettes pour la litière, la création de parcs boisés, les ressources ligneuses pour l’alimentation et la plantation d’arbres fourragers.

Côté alimentation, le mûrier blanc s’avère être l’espèce la plus adéquate. Ses racines lui permettent d’aller chercher l’eau en profondeur. Il peut alors palier aux déficits de fourrages en période sèche et améliorer l’autonomie des élevages. Jean-Claude Emile, chercheur à l’InraLusignan explique : « Le mûrier blanc est une plante assez exceptionnelle en termes de valeurs alimentaires. Elle se situe bien au-dessus des 35 échantillons testés dans l’étude. On est en moyenne sur une teneur en MAT de 17 % et une digestibilité enzymatique à plus de 85 %, ce qui la place de très loin comme une plante d’excellente valeur énergétique. »

Suite…

 

Étiquettes : , ,

About the Author