preload

Toujours la prairie…

Posted on mai 17, 2019 at 04:08

La prairie se plaît sous le méteil hivernal

Arnaud Foucault et ses associés ont testé avec succès le semis de méteil et des prairies simultanément, vers la fin octobre. Une démarche qui s’intègre dans une expérimentation du groupe Ceta lait de Landivy.

« Depuis 6 ans, nous cultivons 5 à 7 ha de méteil pour améliorer l’autonomie protéique de l’exploitation. Cette culture offre aussi un aliment différent dans les rations et c’est un plus pour les rotations », a retracé Arnaud Foucault, installé à Landivy (Mayenne) avec trois associés, lors d’une porte ouverte organisée par son groupe Ceta le 25 avril. L’exploitation produit 871 000 L avec 110 VL Prim’Holstein sur 120 ha.

En moyenne, 7 t MS/ha

« Depuis plusieurs années, nous testons le semis des prairies en même temps que le méteil, vers le 20 octobre, et les résultats se sont montrés très concluants. L’herbe est protégée tout l’hiver par le méteil. Ces parcelles sont celles qui perdurent le plus en été. Et en février – mars de l’année suivante, l’herbe répond aussitôt. » Après la fauche à plat, le méteil reste en général 3 jours au sol pour atteindre un taux de MS de 25 à 29 %. « Il faut l’implanter sur des terres qui se ressuient bien. Nous récoltons en moyenne 7 t MS/ha. »

Sur l’exploitation, le méteil est constitué au semis de 80 kg/ha de féverole, 50 kg de pois fourrager, 25 kg de vesce commune et 10 à 15 kg d’avoine. « Seule la féverole est semée à la volée, juste avant le reste du mélange fourrager et l’herbe. » L’ensilage de méteil a été apporté cet hiver à hauteur de 2 kg MS dans la ration des VL, avec de l’ensilage d’herbe (1 kg), du foin séché (2 kg), de la betterave (2 kg), du maïs (11 kg) et 2,5 à 3 kg de tourteau de soja. « Nous obtenons en moyenne sur l’année une production de 26 à 28 kg avec un TB de 41 et un TP de 33. En hiver, les taux sont plus importants : TB de 45 et TP de 35,5. »

Des vaches en pleine forme

L’ensilage de méteil est aussi apporté l’été quand l’herbe diminue. « Nous craignions le manque d’appétence, mais les vaches le consomment sans souci. Avec l’apport de méteil puis de betteraves, la santé des animaux s’est améliorée et la reproduction se passe très bien. » Le méteil représente certes du travail en plus, mais cumulé à une meilleure gestion de l’herbe notamment en pâturage, il permet de réels gains de concentrés sur la ferme : « Nous sommes passés de 5 à 4 camions de tourteaux par an. »

Le compromis de récolte
Trois dates de récolte ont été testées : le 27/04, le 04/05 et le 10/05. Sur le mélange témoin, le meilleur compromis rendement / qualité a été début mai pour une valorisation dans une ration vaches laitières. « La fenêtre optimale de récolte est très courte, d’une semaine. La pousse peut être très rapide, pouvant dépasser 200 kg MS/ha/j », explique Romain Torquet, ingénieur animateur du groupe Ceta. Il constate aussi « qu’il est indispensable de maintenir le pois et la vesce pour avoir une bonne teneur en MAT. » S’agissant des impacts sur la culture suivante, « la richesse en graminées semble pénaliser le maïs. »

Six mélanges testés

Suite…

Bien être animal

Posted on Juil 19 2019 at 4 h 49 min

En lait, le bien-être animal bientôt évalué À partir du 1er janvier 2020, une évaluation [...]

Read More

Très mauvais signe sur le volonté du gouvernement en matière de décentralisation

Posted on Juil 19 2019 at 4 h 47 min

2nd pilier : Matignon veut redonner la gestion des aides surfaciques à l’Etat Lors de [...]

Read More

Le potager !

Posted on Juil 19 2019 at 4 h 27 min

Tout savoir sur les besoins en eau du potager  Olivier explique comment se rendre [...]

Read More