preload

Retour sur l’AG et la table ronde 2018

Posted on juillet 15, 2018 at 07:55

Bonjour à tous, !

Le 10 juillet dernier, se tenait l’Assemblée Générale de L’APLI, suivie d’une table ronde sur l’avenir de la production laitière animée par Guy Laluc.

Ne Bougez pas, on vous raconte tout dans cette newsletter !

« QUEL AVENIR POUR LA PRODUCTION LAITIERE ? »

Nous étions réunis au Guilberville dans la Manche à l’occasion de l’Assemblée Générale de l’APLI NATIONALE. La matinée fut consacrée à l’ordre du jour et l’après-midi fut l’occasion de riches débats autour d’une table ronde animée par Guy LALUC.
La matinée fut l’occasion de faire un point sur les actions persistantes menées par l’APLI et l’EMB au niveau européen pour plus d’équité dans le secteur laitier. Il en est ressorti que sans votre soutien, nous n’y arriverons pas et les choses resteront en l’état, à savoir sur la pente descendante.

Ainsi, Sylvain LOUIS le rappelle : 2017 a observé une nouvelle chute du prix du lait. Qui s’en étonne encore.
Il continue en présentant les actions clés menées en 2017 par l’association : réunions avec les élus, le gouvernement et d’autres associations. Il revient sur la réunion s’étant tenue à l’Elysée avec Mme Bourolleau en mars 2018, conseillère d’E. Macron à l’agriculture. Ce travail de sensibilisation à la mise en place d’un prix rémunérateur pour les producteurs et d’une régulation des volumes de lait au niveau européen est toujours d’actualité et plus que jamais à renforcer. Il évoque le calcul des couts de productions promu par l’APLI (450€/tonne de lait) et rappelle que les prévisions émises par l’association depuis 2009 sont TOUTES en train de se confirmer notamment la diminution massive du nombre des exploitations et la pertinence d’une régulation des volumes. Par ailleurs, ces calculs sont repris par de plus en plus de rapports. Quant à la nécessité d’une régulation, elle est elle aussi confirmée et soutenue par de plus en plus de spécialistes et économistes. Il reste cependant à appuyer ces résultats auprès des élus et des politiques qui sont bien sur plus sensibles aux arguments des syndicats majoritaires rassemblant plus de monde. Il rebondit sur ce dernier point en posant la question de la mobilisation autour du combat mené par l’APLI au niveau français. Il faut absolument que les agriculteurs réagissent et montrent leur unité autour de ce prix.

Boris Gondouin, représentant français à l’EMB a ensuite fourni un point de situation européen et des stratégies pensées par l’EMB.
Il évoque tout d’abord une base forte constituant l’EMB avec 17 pays. Il insiste sur la nécessité de cette unité européenne car la solution doit être mise en œuvre à ce même niveau. L’EMB travaille sur les administratifs, les politiques et les parlementaires sous forme d’un lobbying absolument nécessaire sur le lait équitable et les couts de production face aux autres gros lobbyistes comme le COPACOGECA.
Il évoque le besoin d’expliquer comment sont calculés les 45ct autour desquels s’accordent les représentants des pays présents à l’EMB. Face à une désinformation latente quant à la situation des producteurs de lait, nous avons besoin de beaucoup de sensibilisation.
Il évoque ensuite le PRM (programme de renforcement des marchés) porté par l’EMB au parlement européen.
Parmi les stratégies proposées, il décrit ensuite un système d’OP inter-pays et transversale avec l’objectif de redonner le pouvoir aux producteurs. Tout le monde s’accorde sur le fait qu’une coop ne doit pas être une OP. Cette notion d’OP transversale doit absolument être intégrée dans la loi des EGA. Il évoque ensuite la volonté de créer un lait équitable européen, conséquence logique de l’objectif d’OP interpays.

Il rappelle que Fairefrance a réussi le pari de respecter les 45ct reversés au producteur, et que c’est donc possible.

Composition du nouveau conseil d’administration.
Après un vote à l’unanimité des personnes présentes et des personnes représentées, les membres suivants composent désormais le conseil d’administration de l’APLI NATIONALE.
– Valérie Guillot (50)
– Sylvain Louis (08)
– Boris Gondouin (55)
– Xavier Mézière (53)
– Pierrick Hamard (35)
– Hubert Marin (61)
– Luc Merlet (55)
– Jean Luc Pruvot

Enfin nous avons pu échanger autour d’un bon repas et de quelques verres de vin, avant d’assister à une après-midi de débats vigoureux.

 

La table ronde sur l’avenir de la production laitière.

La table ronde de l’après-midi, évidemment consacrée à cet avenir qui nous concerne tous, fut brillamment animée par Guy LALUC. L’APLI le remercie chaleureusement ainsi que les invités qui ont accepté de se prêter au débat.

Étaient ainsi présents :
– Laurent Leray : Confédération paysanne
– François Rihouet : Jeunes Agriculteurs
– Boris Gondouin : EMB et APLI
– Joseph Martin : Coordination Rurale, section lait
– Emmanuel Binois : France MilkBoard.

Nous ne pouvons retranscrire son intégralité, mais voici quelques commentaires de ceux ayant participé où assisté au débat.

Sylvain Louis, APLI

Aller voir les politiques pour les sensibiliser c’est indispensable mais ça doit venir en complément d’une véritable action d’information sur le terrain. Pour eux, nous sommes minoritaires à revendiquer ce prix du lait, mais si les gens savaient ce qu’il se passe dans leur dos, cela ne durerait pas longtemps. La prochaine réunion du CA sera l’occasion de mettre en place des réunions d’informations partout en France.

Boris Gondouin, APLI et EMB

Mon ressenti est que cette AG était axée sur  » travailler et avancer tous ensemble « et placer l’accent sur les OP. Nous avons vu que se mettre d’accord sur les coûts de productions avec le vieux syndicat est quelque chose d’usant quasiment impossible à mettre en place. Tout part du calcul des coûts de productions. Si nous ne sommes pas d’accord là-dessus, dur-dur pour la suite !!! Point positif quand même, nos détracteurs ont bien voulu venir débattent avec nous !
C’était une bonne AG , dommage que nous n’étions pas 500 dans la salle !

Luc Merlet, APLI et Fairefrance

C’était une bonne AG malgré le peu de personnes présentes. Le débat de l’après-midi très bien, car malgré les différents avis de chacun tout le monde s’est respecté et a su écouter les autres, cela est très rare. Il y a eu de vrais échanges autour des couts de productions entre l’APLI, le président des JA et le FMB. Pour moi le prix annoncé par le président des JA malheureusement ne correspond pas à l’attente des agriculteurs sur le terrain, en tout cas si l’on veut gagner de l’argent sur nos exploitations. Il faudrait arriver à refaire des débats comme celui-là et en plus avoir des élus politiques.