preload

Qu’avons nous fait en 2018, que ferons nous en 2019 ?

Posted on décembre 29, 2018 at 18:55

L’APLI vous souhaite de belles fêtes !

La fin de cette année 2018 est l’occasion pour l’APLI de souhaiter à chacun d’entre vous de belles fêtes et une année 2019 productive.

C’est aussi le moment de revenir sur nos actions en 2018, et de préparer 2019.

2019, année des 10 ans de la grève du lait et de la formation de notre association. 10 années de combat pour un prix du lait qui rémunère ses éleveurs. Un combat du genre David contre Goliath, avec en face de nous des industriels, un syndicat majoritaire, un gouvernement, et un conseil européen. Rien que ça.

En 2009, c’est l’élan, c’est le départ, tout le monde ou presque est au rendez-vous. Mais les décideurs méprisent les agriculteurs et les intérêts industriels priment. Les années passent et certains penseront même que le mouvement s’est éteint. Pourtant le paysage français et européen a changé grâce à notre mobilisation et au soutien des producteurs. Il existe maintenant en France un seul et véritable lait équitable : Fairefrance, et des FMB (France Milk Board) qui se battent pour redonner du pouvoir aux éleveurs. En Europe, le PRM est prêt à être utilisé. Les véritables coûts de la profession ont fait l’objet d’études économiques commanditées par l’APLI en France et l’EMB en Europe. Nous savons désormais parfaitement bien combien un éleveur doit être payé pour son lait. Nous savons aujourd’hui très consciemment que les surplus de production ruinent les producteurs en Afrique comme en Europe. Nous entendons chaque jour les producteurs de autres pays dénoncer les mêmes choses que nous. Sans l’action de l’APLI en France et celle de l’EMB en Europe, tout cela n’existerait pas.

2018, 9 ans déjà. Nous menons un combat de sourd. Tous ces outils sont foulés au pied par la profession elle-même qui, par le biais de représentants assujettis aux industriels, annonce un prix de lait inférieur à 45ct/litre. Les États Généraux de l’Alimentation qui représentaient il y a à peine un an un formidable espoir sont en train de mettre en place de l’équitable qui ne couvre toujours pas les couts de production et ne donne pas plus de pouvoir aux producteurs qu’avant.

En 2018 nous avons été à l’Élysée, au Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, dans les bureaux de l’Assemblée Nationale, et à Bruxelles, pour présenter l’étude des couts de production et les outils de régulation. Fairefrance et l’APLI ont soutenu la création d’une micro-laiterie au Burkina Faso : tout cela est très concret. Le CA s’est réuni plus d’une fois par mois pour renforcer les actions de communication auprès du grand public et des producteurs. Ainsi nous avons mis en place de nouveaux outils pour que le message passe très clairement en 2019 : arrêtons de nous faire voler. Arrêtons d’accepter béatement le mépris. Et ne soyons pas complices de la ruine des éleveurs laitiers, de la disparition des exploitations familiales, du désespoir qui pousse nombre d’entre nous à l’irréparable.

Que ce soit clair : aucun lait payé en dessous de 45ct/litre ne peut prétendre être équitable et rémunérateur ! Aucune surproduction ne peut prétendre assurer une quelconque sécurité alimentaire et durabilité de la profession.

A ce jour, seul Fairefrance rémunère ses éleveurs à hauteur de 45ct/litre, et seul le PRM propose un véritable outil de survie de notre secteur professionnel. Alors, puisqu’ils existent, allons nous les utiliser ou allons nous les détruire dans l’ignorance et l’indifférence ?

Nous, producteurs, sommes les seuls à pouvoir agir en notre faveur. Pourtant, nous terminons cette année 2018 en craignant que 2019 ne soit celle ou les agriculteurs acceptent un prix payé à 39ct/litre par segmentation. Or, si les agriculteurs eux même acceptent ce deal, autant que l’APLI, Fairefrance et les FMB n’aient jamais existé.

Allons nous aborder les 10 ans de la grève du lait en sabordant définitivement tout espoir de vivre de notre métier décemment, y compris pour les structures familiales ? Nous ne gaspillons pas que de la poudre en Afrique : nous nous gaspillons nous même dans nos propres fermes ! Chaque paysan que nous sommes ne devrait-il pas être soudé à son voisin ??

Aujourd’hui, et ce jusqu’à obtenir une juste rémunération, nous appelons chacun d’entre vous à rester mobilisé en 2019.
Ne laissez pas tomber le combat, ne laissez pas tomber vos exploitations, ne laissez pas tomber le véritable lait équitable.

Bonne année 2019 à toutes et tous !

Sylvain Louis

 

2018 – Rétrospective