« Compte tenu des opportunités, mais aussi des limitations, de la politique des biocarburants après 2020 et de la croissance limitée de la demande fourragère, aucune croissance supplémentaire n’est attendue dans la zone de colza, alors que les importations d’huile de palme devraient diminuer », indiquait dans un rapport prospectif de la Commission européenne en décembre dernier.