preload

APLI Nationale
Actus

Maïs fourrage

by ApliCom

Posted on avril 03, 2019 at 04:55

Comment diagnostiquer rapidement l’état de conservation de l’ensilage ?

Vérifier l'état de conservation du maïs ensilage c'est : mesurer la température, sentir le fourrage, vérifier la présence de moisissures et éventuellement faire une analyse en labo.

Pour s’assurer de la qualité de conservation du maïs fourrage, la surveillance de la température du silo et des observations visuelles et olfactives donnent un aperçu rapide de l’état de l’ensilage. Au besoin, une analyse pourra compléter ce premier diagnostic.

Pilier de l’alimentation hivernale des bovins, le maïs fourrage doit être bien conservé pour préserver ses qualités nutritionnelle et sanitaire.

Retrouvez tous les articles sur le sujet grâce au tag Maïs fourrage

La température du fourrage au front d’attaque est un premier indicateur de sa stabilité aérobie. La comparaison de la température du fourrage à la température extérieure ne constitue pas une méthode fiable, mais des températures supérieures à 30°C au-delà de 30 cm derrière le front d’attaque sont anormales sous nos latitudes et traduisent des pertes de matière. Cependant, des températures de 30 à 35°C peuvent être rencontrées lorsque le silo est ouvert peu de temps après sa confection, voire pas fermé du tout, car l’énergie libérée par les réactions de respiration et fermentation durant les premiers jours est importante.

MESURER LA DIFFÉRENCE DE TEMPÉRATURE ENTRE DEUX POINTS DERRIÈRE LE FRONT D’ATTAQUE

Pour réaliser un bon diagnostic à partir de la mesure de la température du fourrage, il faut comparer les températures du fourrage entre deux points. L’un sera situé à environ 1 m du front d’attaque, l’autre à environ 25 à 40 cm de celui-ci.
La mesure profonde donne la température « basale » de la masse de fourrage ensilé : elle est quasiment indépendante des conditions climatiques des derniers jours et le fourrage n’a pas encore subi un éventuel échauffement par l’activité des micro-organismes.

Les échauffements témoignent de pertes de matière organique et donc de valeur alimentaire pour le fourrage.
Au niveau du point le plus superficiel, la température subit peu l’effet des conditions climatiques – hormis des phénomènes extrêmes et prolongés (canicule, gel). En revanche, à cette profondeur, l’oxygène peut pénétrer dans la masse de fourrage et, le cas échéant, réactiver les fermentations aérobies (levures, moisissures). La chaleur ainsi dégagée par ces fermentations échauffe le fourrage et provoque sa montée en température. Les échauffements témoignent de pertes de matière organique et donc de valeur alimentaire pour le fourrage.
Une élévation de température de la masse ensilée de 10°C entre les points profond et superficiel correspond à une perte de valeur énergétique minimale(1) de 1,3 à 1,5 % ; la densité énergétique du maïs est, de ce fait, diminuée.
D’un autre point de vue, 1 m3 de fourrage à 35 % MS dont la température s’élève de 10°C sous l’effet des reprises de fermentations, perd au minimum(1) 3,1 à 3,3 UFL, ce qui correspond à près de 7,5 litres de lait en moins.

LE NEZ ET LES YEUX, DES OUTILS DE DIAGNOSTIC RAPIDES

Suite…

Étiquettes : , ,

About the Author

 

Fil d’actualité de la presse agricole

Posted on Oct 14 2019 at 4 h 59 min

Les toutes dernières infos! Pour que les flux de données soient toujours "fraîches". Web Agri [...]

Read More

Conférence internationale du lait équitable : de l’Europe à l’Afrique.

Posted on Oct 14 2019 at 4 h 25 min

Read More

Météo

Posted on Oct 14 2019 at 4 h 01 min

Read More