preload

APLI
Actus

Maïs & conservation

by ApliCom

Posted on août 13, 2019 at 04:35

Comment agissent les conservateurs d’ensilage de maïs ?

Anthony Uijttewaal: « 32-33 % de MS à la récolte est le compromis à rechercher pour préserver la qualité, favoriser la conservation et valoriser au mieux le maïs fourrage. »
Anthony Uijttewaal: « 32-33 % de MS à la récolte est le compromis à rechercher pour préserver la qualité, favoriser la conservation et valoriser au mieux le maïs fourrage. »

Perspectives Agricoles : Quel est le rôle des conservateurs d’ensilage ?

Anthony Uijttewaal : Les additifs de conservation pour ensilage ont deux utilités principales. La première, l’accélération de l’acidification, préserve la quantité et la qualité du fourrage, y compris sanitaire. Cette fonction est assurée par les bactéries lactiques homofermentaires, avec ou sans enzymes, et les acides organiques. La seconde, le maintien de la stabilité aérobie, est de retarder les pertes de valeur énergétique et d’appétence de l’ensilage, par échauffement, au niveau du front d’attaque lors de l’ouverture du silo. L’acide propionique et les bactéries lactiques hétérofermentaires agissent en ce sens. Les conservateurs ne se soustraient pas au respect de bonnes pratiques, telles qu’un tassage efficace et une fermeture étanche et rapide du silo. Au regard de leur coût, 4 à 8 €/t de matière sèche, il importe de se poser les bonnes questions avant d’en utiliser.

P. A. : Quand peut-il être utile d’appliquer un conservateur ?

A. U. : Au moment de la récolte, il faut viser 32-33 % de matière sèche du maïs et ne pas dépasser 35 %. Or, lors des dernières campagnes, la maturité des maïs a été accélérée sous l’effet de journées chaudes de fin d’été et de plantes en stress hydrique. Alors que les calendriers de récolte sont souvent contraints du fait de la disponibilité du matériel, les situations peuvent très vite déraper. En cas de récolte à surmaturité, le manque d’eau retarde le mécanisme d’acidification du fourrage. De même, une teneur en matière sèche élevée augmente la porosité du silo. à l’ouverture, l’échauffement intervient alors rapidement, d’autant plus si le rythme de consommation du fourrage n’est pas assez rapide – d’où l’importance de bien dimensionner le silo. Dans ces situations, l’ajout d’acide propionique ou de bactéries lactiques hétérofermentaires retarde les éventuels échauffements. Par ailleurs, en cas de manque de fourrage, l’éleveur peut être amené à ne pas respecter le délai miminum de fermentation de trois semaines. Certains additifs, comme les bactéries homofermentaires, l’acide formique ou l’acide propionique, sont alors nécessaires pour accélérer l’acidification. Il est alors préférable de confectionner un petit silo annexe pour laisser le temps au silo principal de fermenter correctement.

P. A. : Y a-t-il des précautions d’usage particulières ?

===>

Étiquettes : ,

About the Author

 

Fil journalier d’actualité de la presse agricole

Posted on Fév 24 2021 at 4 h 00 min

Les toutes dernières infos! Pour que les flux de données soient toujours "fraîches". Web Agri [...]

Read More

Communiqué de presse conjoint – réunion des ministres du Commerce de l’UE les 20 et 21 septembre 2020

Posted on Nov 17 2020 at 0 h 14 min

Read More

CHRONIQUE DE PIERRICK BERTHOU.

Posted on Août 17 2020 at 9 h 59 min

L'eau, la pluie, les sécheresses, les inondations … PLIC……..PLOC……..PLIC……..PLOC……..PLIC……PLOC........ PLIC……PLOC Ce texte est une réflexion [...]

Read More