preload

APLI
Actus

Les effluents, que faire?

by ApliCom

Posted on décembre 09, 2018 at 04:55

DOSSIERRETOUR AU DOSSIERMéthanisation

Stockage des effluents.Des solutions à moindre coût sur mon exploitation

Stockage des effluents d'élevage

La réglementation évolue et pour rester en conformité, le stockage des effluents doit être adapté. Avant d’entamer des travaux souvent coûteux, mieux vaut vérifier si les changements intervenus sur la ferme ou intégrés au Programme d’actions nitrates ont une incidence. Quelques éléments de réponse issus d’un document édité par l’Idele.

La situation des élevages évolue et la réglementation est de plus en plus précise quant au stockage des effluents. Selon une plaquette réalisée par l’Idele, différentes solutions existent sur l’exploitation pour être conforme à moindre coût.

Au préalable, il est nécessaire de vérifier si les changements intervenus sur la ferme, ou intégrés au nouveau Programme d’action nitrates (PAN), ont une incidence sur les produits stockés sur l’exploitation.

Par exemple, mon élevage produit davantage d’effluents si :

  • le cheptel a augmenté ;
  • la productivité des animaux a progressé ;
  • la traite a été robotisée ;
  • les vaches pâturent moins longtemps.

ZONE VULNÉRABLE OU PAS ?

Le type d’effluent et la quantité produite varient si l’intérieur du bâtiment a connu des modifications (aire paillée intégrale complétée par une aire raclée ou remplacée par des logettes). Autres possibilités : le niveau de paillage des animaux à changé, un atelier de transformation à la ferme a été mis en place…

Vérifier absolument si l’installation est située en zone vulnérable : de nouvelles communes (ou morceaux de communes) sont dorénavant classées vulnérables en lien avec la concentration nitrique élevée dans l’eau de consommation. Inversement, le dépôt de fumier ou fiente reste possible au champ, à condition de répondre aux dispositions indiquées dans le tableau ci-dessous.

Origine Caractéristiques
Effluents solides Fumier compact Litière accumulée Fumiers non susceptible d’écoulements dès lors qu’il a maturé deux mois en bâtiment ou fumière.
Fumier pailleux d’étable entravée
Fumier de pente paillée
Raclage d’aire d’exercice et couloir de logette fortement paillée
Fumier mou à compact Raclage d’aire d’exercice et couloir de logette moyennement paillée Fumier susceptible d’écoulements de purin mais pouvant évoluer en fumier compact par égouttage ou en mélange avec de la litière accumulée avant stockage.
Fumier mou Raclage d’aire d’exercice et couloir de logette peu paillée Fumier produisant des écoulements de purin au stockage. Il est toujours susceptible d’écoulements.
Fientes, fumier de volailles Fientes séchées, fumier pailleux Produits non susceptibles d’écoulements.
Fientes humides, fumier gras Produits susceptibles d’écoulements.
Effluents liquides Lisier, purin, jus de silo Caillebotis, raclage d’aire peu paillée, égouttage de fumier, jus d’ensilage Effluents concentrés en éléments nutritifs.
Lixiviat, eaux brunes Surface découverte : aires d’exercice, couloir de circulation, fumière Eaux de pluies souillées et effluents dilués par la pluie.
Eaux de traite Eaux blanches et vertes de salle de traite Effluents et eaux de lavage peu chargées.

Le tableau ci-dessous reprend les possibilités de stockage par dépôt au champ et les conditions à respecter.

Possibilités de stockage par dépôt au champ et conditions à respecter Dispositions de base obligatoires « dépôt au champ »
Fumier compact Oui, si Fumier maturé ayant séjourné plus de deux mois sous les animaux et/ou sur fumière Dépôt au champ à réaliser au choix :
– sur prairie ;
– sur lit de 10 cm de matériau absorbant (paille, copeaux…) ;
– sur cultures de plus de deux mois ou CIPAN bien développée et couverture du tas du 15/11 au 15/01.
Fumier mou à compact Non À stocker sur fumière jusqu’à l’épandage
Fumier mou à compact égoutté Oui, si Fumier évoluant en fumier compact après égouttage et deux mois de maturation sur fumière pente avant ou sur fumière couverte en mélange avec fumier très compact. Dépôt au champ à réaliser au choix :
– sur prairie ;
– sur lit de 10 cm de matériau absorbant (paille, copeaux…) ;
– sur cultures de plus de deux mois ou CIPAN bien développée et couverture du tas du 15/11 au 15/01.
Fumier mou Non À stocker sur fumière jusqu’à l’épandage
Fientes sèches Oui, si Fientes à plus de 65 % de matières sèches. Couverture du tas avec bâche imperméable à l’eau et perméable à l’air
Fumier de volailles Oui, si Fumier non susceptible d’écoulements. Couverture du tas
Fientes humides, fumier gras Non À stocker sur fumière jusqu’à l’épandage
Lisier, purin, jus de silo Non A stocker dans une fosse jusqu’à l’épandage
Lixiviat, eaux brunes Oui Bassin tampon + épandage sur prairie toute l’année
Eaux de traite Oui Filtre planté de roseaux, recyclage eaux blanches

L’agriculteur doit tenir compte des interdictions d’épandage hivernal. Certaines d’entre elles ont été allongées de 15 jours pour éviter les pertes azotées liées au fait que les plantes n’absorbent pas à ce moment-là. La durée du stockage est forfaitisée en fonction de la catégorie animale, de la durée de présence des bêtes dans le bâtiment et de la zone pédo-climatique.

ADAPTER SES PRATIQUES POUR NE PAS MODIFIER LE STOCKAGE

Lire la suite…

 

Étiquettes : , , ,

About the Author

 

Fil journalier d’actualité de la presse agricole

Posted on Fév 24 2021 at 4 h 00 min

Les toutes dernières infos! Pour que les flux de données soient toujours "fraîches". Web Agri [...]

Read More

Communiqué de presse conjoint – réunion des ministres du Commerce de l’UE les 20 et 21 septembre 2020

Posted on Nov 17 2020 at 0 h 14 min

Read More

CHRONIQUE DE PIERRICK BERTHOU.

Posted on Août 17 2020 at 9 h 59 min

L'eau, la pluie, les sécheresses, les inondations … PLIC……..PLOC……..PLIC……..PLOC……..PLIC……PLOC........ PLIC……PLOC Ce texte est une réflexion [...]

Read More