preload

Le cuivre: solution ou problème?

Posted on décembre 02, 2018 at 04:41

Le cuivre ré-homologué en Europe, les agriculteurs bio rassurés

La viticulture est traditionnellement consommatrice de cuivre pour protéger les vignes du mildiou.

Malgré ses conséquences néfastes sur les sols, le cuivre vient d’être ré-autorisé pour sept ans en Europe, avec toutefois une diminution de la quantité maximum autorisée. Un soulagement pour les producteurs bio.

près plus d’un an de discussions et un report du vote en octobre, les États-membres de l’Union Européenne sont parvenus à prendre une décision sur l’avenir du cuivre en agriculture, matière active particulièrement utilisée en agriculture bio (viticulture, pommes de terre…) contre le mildiou  et ingrédient de base de la fameuse « bouillie bordelaise ».

Malgré ses conséquences néfastes sur les sols, le cuivre vient d’être ré-autorisé pour sept ans en Europe, avec toutefois une diminution de la quantité maximum autorisée. Un soulagement pour les producteurs bio.

Après plus d’un an de discussions et un report du vote en octobre, les États-membres de l’Union Européenne sont parvenus à prendre une décision sur l’avenir du cuivre en agriculture, matière active particulièrement utilisée en agriculture bio (viticulture, pommes de terre…) contre le mildiou  et ingrédient de base de la fameuse « bouillie bordelaise ».Une ré-homologation pour sept ans a été accordée à cette substance, avec toutefois une diminution de la quantité maximum autorisée, qui passe de 6 à 4 kilos par an, a annoncé aujourd’hui le ministre de l’Agriculture Didier Guillaume, aux Assises de la bio. Une victoire pour Paris qui défendait à Bruxelles ce renouvellement.

Une autorisation saluée

Le cuivre est devenu indispensable dans nombre d’exploitations d’agriculture bio, pour lesquelles il est la seule alternative autorisée pour lutter contre certaines maladies.

Les pertes de rendement et de qualité en cas d’interdiction de ces produits en agriculture biologique auraient été de 10 à 15 % pour les cultures maraîchères et ornementales, de 15 à 20 % pour les pommes de terre et d’environ 50 à 100 % pour le houblon, le vin et les fruits, selon les estimations du Copa Cogeca (organisation agricole européenne), présentées au printemps. Problème : de plus en plus d’études démontrent sa nocivité pour les sols et les eaux, d’autant plus lorsqu’il est utilisé à hautes doses.

Lire la suite…

 

Fil d’actualité de la presse agricole

Posted on Mai 22 2019 at 6 h 02 min

Les toutes dernières infos! Pour que les flux de données soient toujours "fraîches". Web Agri [...]

Read More

Politique & ruralité

Posted on Mai 22 2019 at 4 h 38 min

Isère : pour éviter une fermeture de classe, des parents d’élèves inscrivent quinze moutons à [...]

Read More

Recyclage de l’eau de pluie

Posted on Mai 22 2019 at 4 h 21 min

Intégrer durablement les eaux de pluie dans l'aménagement du territoire Voilà ce que DOUAISIS AGGLO [...]

Read More