preload

APLI
Actus

Le cas du glyphosate au Parlement européen

by ApliCom

Posted on mars 07, 2019 at 04:41

Le cas du glyphosate illustre la culture du compromis au Parlement européen

En début d’année, les Verts n’ont pas soutenu un amendement de la GUE réclamant l’interdiction du glyphosate. Faute de majorité, la proposition n’aurait eu aucune impact.

En début d’année, les Verts n’ont pas soutenu un amendement de la GUE réclamant l’interdiction du glyphosate. Faute de majorité, la proposition n’aurait eu aucune impact.

Pour Bart Staes, élu Vert et corapporteur sur le texte, l’explication de ce vote qui a été largement reproché à son parti est claire : «l’amendement dépassait les compétences de la commission spéciale sur les pesticides» explique-t-il.

Le 16  janvier, le Parlement européen avait approuvé un rapport non contraignant appelant à une réforme de la procédure d’autorisation des pesticides. Le texte avait été rédigé par Norbert Lins (PPE) et Bart Staes (vert).

Le rapport s’inscrivait dans le cadre d’une commission parlementaire spécialement conçue l’an dernier, suite à la controverse de la réautorisation de vente du glyphosate.

Après le vote, l’alliance temporaire des verts avec le groupe de centre droit PPE afin de bloquer les amendements visant l’interdiction immédiate du pesticide a été vivement critiquée.

Les verts renoncent à l’interdiction du glyphosate

Les verts ont bloqué un amendement appelant à l’interdiction du glyphosate, en échange de l’adoption du rapport sur la réforme de l’autorisation des pesticides par le Parti populaire européen.

Le corapporteur vert du rapport, le Belge Bart Staes, a expliqué la position de son groupe à Euractiv. Il indique que la commission a voulu créer un rapport final qui contienne de vraies informations et recommandations, « sans blabla », et approuvé par au moins les deux tiers de l’hémicycle.

« L’amendement introduit par le groupe GUE/NGL stipulant une interdiction immédiate du glyphosate était , dans ce contexte, hors de propos », estime-t-il.

Le mandat du rapport était de trouver des moyens d’améliorer le processus d’autorisation des pesticides. Il n’était donc pas possible « de résoudre le problème du glyphosate simplement en votant un amendement à un rapport sur les autorisations », fait-il remarquer.

Suite…

Étiquettes : ,

About the Author