preload

APLI Nationale
Actus

La chronique de Pierrick Berthou

by ApliCom

Posted on mars 07, 2020 at 10:50


Chronique de Pierrick.


Depuis 60 ans, l’agriculture passe d’une crise à une autre, aujourd’hui nous pouvons affirmer que nous sommes continuellement en crise.


L’industrialisation de l’agriculture devait apporter des solutions, et notamment du revenu… Soixante ans plus tard, nous avons une agriculture qui est un colosse aux pieds d’argile, car archi-endetté, avec des agriculteurs qui ne peuvent pas vivre sans subventions et, pourtant, qui produisent des quantités astronomiques de lait, de viande, de légumes et de céréales. Il faut encore subventionner le stockage. Et il faut en plus subventionner pour écouler les marchandises sur les pays tiers (Afrique, entre autres), avec comme conséquences la mort des petits paysans africains et une modification des habitudes alimentaires locales. Tout cela sous prétexte de s’ouvrir à de nouveaux marchés à l’export, mais existent-ils vraiment ?… Et après on s’étonne que des millions de migrants débarquent chez nous !


Mais oserons-nous voir l’agriculture différemment ? L’agriculteur n’a pas pour seule vocation la production d’aliments : il entretient l’espace et a un rôle sociétal à jouer. En effet, nos cités sont bâties en béton, en verre et en acier, elles sont de plus en plus déshumanisées, ce qui induit des comportements sociétaux anormaux : isolement, dépression, schizophrénie, etc. On peut imaginer l’agriculteur rémunéré pour tous les services qu’il apporte à la société, en plus de la production d’aliments. L’agriculture peut être un gisement d’emplois, de production d’énergie, et être une activité qui crée du lien entre les humains, qui donne un sens à la vie de chacun. L’agriculture peut être tout cela, et même plus encore… D’autant plus que la situation l’exige.


– Le dérèglement climatique avec les bouleversements qui vont en découler.
– La difficulté, voire l’impossibilité, d’accès à l’eau potable.
– La consommation d’énergie qui est d’une folle exubérance digne d’une orgie, alors que depuis 20 ans la production totale d’énergie sur le globe terrestre est en déclin.
– La démographie dans les pays industrialisés, notamment en Europe, est en chute libre : dans 50 ans le continent européen sera un continent de vieux, voire même de très vieux, et paradoxalement de l’autre coté de la Méditerranée, dans tout le Moyen-Orient ainsi que dans le sud-est asiatique, la démographie est quasi exponentielle….


Lorsque ces quatre facteurs, pour ne citer que ces quatre-là, vont converger nous assisterons à un « big-bang » cher à Michel Rocard. Dans moins de 50 ans nous allons assister à un chambardement planétaire ! Les flux migratoires vont se déverser par dizaines de millions sur l’Europe, mais pas seulement, car toute la planète sera concernée. Ces mouvements de population vont totalement affectés notre quotidien : toutes les facettes de l’organisation de nos sociétés, toutes nos habitudes, tous nos points de repère seront sollicités, n’en doutons pas. Ces flux migratoires inéluctables, souhaitables, car nous allons manquer cruellement de main d’œuvre, mais aussi bénéfiques (et ce n’est pas un mur qui les arrêtera) sont à préparer, à organiser et à accompagner. Ces migrations se feront soit dans une bonne intelligence, soit ils se feront dans une violence inouïe…mais ils se feront !


Les politiques, soi-disant libérales, mais de plus en plus autoritaires, en tout cas très très conservatrices, peuvent être une illusion sur une mandature ou deux, par contre, sur le moyen terme sont un pari perdu d’avance. Ces politiques sont basées sur la prédation des économies, la prédation de l’environnement, et, finalement la prédation de l’humain lui-même. Donc, cette vision de la politique est condamnée. De ce fait, nous ne ferons pas l’économie d’une profonde réflexion sur le renouvellement de notre pensée politique, de notre personnel politique et de nos dirigeant(e)s – on ne peut être à la fois le poison et l’antidote. De là découlera une action politique, civique et économique différente. De ces bouleversements, je le répète inévitables, deux voies sont à considérer en priorité. L’action sur nos territoires pour accueillir les nouveaux arrivants dans les meilleurs conditions possibles et une autre action qui consistera à aider les populations des autres continents à continuer à vivre, décemment, chez elles. Cela va sans dire que les orientations de l’argent doivent être remises à plat et totalement rediscutées. La planète ne souffre pas d’un manque de richesse, on a jamais été aussi riche. La planète souffre d’un problème de répartition de la richesse. Des choix forts doivent être faits ; il ne faut plus parler de transition, de mutation ou encore d’évolution mais bien de rupture.


Ces événements, auxquels nous assisterons, du jamais vu dans l’histoire de l’humanité, doivent se préparer dès maintenant. La réforme de la PAC (Politique agricole commune) qui se profile devra choisir entre deux voies : soit elle favorisera l’industrialisation de l’agriculture qui nous mènera tout droit à un « Tchernobyl planétaire », soit elle abondera vers une agriculture paysanne qui replacera l’humain au centre de la société et participera à encaisser le choc qui nous attend. En fait, c’est tout le modèle agricole mondial que nous devons reconstruire. Ensuite, il faudra rapidement enclencher une réforme de nos politiques de finances publiques afin d’anticiper, de préparer, de recevoir et d’accompagner. Le premier pilier à réformer en profondeur est celui de l’agriculture car de là dépend notre alimentation et comme dit le vieil adage « ventre vide ne réfléchit pas » ; la paix passera par là…


« Rien n’est solitaire, tout est solidaire » Victor Hugo


Pierrick Berthou
producteur de lait
la ferme de Poulfang
Quimperlé
29300

About the Author

 

Fil journalier d’actualité de la presse agricole

Posted on Juil 06 2020 at 4 h 00 min

Les toutes dernières infos! Pour que les flux de données soient toujours "fraîches". Web Agri [...]

Read More

Retour sur la journée de mobilisation du 7 mai dernier.

Posted on Mai 20 2020 at 11 h 47 min

Read More

Lettre mensuelle de l’EMB, Avril 2020

Posted on Mai 13 2020 at 10 h 28 min

Read More