preload

Hygiène en élevage

Posted on décembre 26, 2018 at 04:21

Poussières et ammoniac. Comment les éleveurs peuvent-ils se protéger ?

Suite à une conférence donnée au Space sur le thème de la protection contre les poussières et l’ammoniac, Solène Lagadec, chargée d’étude en environnement à la chambre d’agriculture de Bretagne, donne quelques conseils aux éleveurs pour mieux se protéger contre la poussière et l’ammoniac respirés sur la ferme.

Web-agri (WA): Dans quel contexte avez-vous mené l’étude sur la poussière et l’ammoniac respirés par les éleveurs ?

Solène Lagadec (SL) : En Bretagne, beaucoup de salariés agricoles travaillent dans les élevages, et peuvent souvent évoluer dans des zones chargées en ammoniac ou en particules. Ces polluants peuvent affecter les voies respiratoires du personnel. D’où l’étude menée pour mesurer les risques selon l’exposition.

WA : Quelles sources produisent de l’ammoniac et/ou de la poussière sur l’élevage ?

SL : Les particules de poussières sont un ensemble complexe contenant des fragments de bâtiment, de déjection animal, de poils, de plumes… tout dépend de la production. Le mélange contient aussi des micro-organismes et des moisissures, qui, si elles sont inhalées par le travailleur, pénètre jusque dans ses alvéoles pulmonaires et risquent d’entraîner des complications respiratoires.

WA : Existent-ils des moyens pour prévenir les perturbations sur le travailleur ?

SL : Côté particules, l’éleveur peut incorporer un corps gras aux aliments afin de limiter la poussière dans le bâtiment, ou utiliser un système de brumisation pour coller les particules au sol. Question ammoniac, l’agriculteur peut agir sur l’alimentation en adaptant les besoins en azote de l’animal. Du coup, les rejets sont limités, donc les émissions d’ammoniac. Il est aussi possible d’agir sur les déjections. L’ammoniac se forme lors de la rencontre entre l’urée contenu dans l’urine et l’uréase des excréments. En évacuant fréquemment les déjections, le fermier limite fortement la production d’ammoniac. En résumé, l’éleveur peut agir à la source, sur l’alimentation ou les déjections, sans oublier la ventilation. Il est indispensable de renouveler l’air dans les locaux, en particulier s’ils sont fermés.

WA : Quelles alertes sur la présence d’un risque éventuel ? 

Lire la suite…

Ferme laitière bas carbone

Posted on Mar 24 2019 at 4 h 49 min

Un témoignage d’un éleveur laitier français  Suite...

Read More

Piroplasmose, anaplasmose

Posted on Mar 24 2019 at 4 h 44 min

Maladies sanguines liées aux tiques.   Maladies sanguines transmises par les tiques : Après l’article [...]

Read More

Télépac

Posted on Mar 24 2019 at 4 h 22 min

Ce qu’il faut savoir pour faire sa déclaration Telepac à partir du 1er avril La campagne [...]

Read More