preload

APLI
Actus

FOIN

by ApliCom

Posted on juin 21, 2019 at 04:21

Ne laissez pas les valeurs alimentaires partir en fumée

Échauffement du foin

Avec les orages qui ont traversé quelques régions de France, l’herbe coupée a eu beaucoup de mal à sécher. Si certains l’ont enrubannée par sécurité, ceux qui l’ont récoltée en foin doivent faire attention à l’échauffement de leur récolte. Les valeurs alimentaires du fourrage peuvent vite chuter mais la récolte peut aussi bien partir en fumée dans le pire des scénarios.

lors que les premières coupes de la saison se terminent dans quelques régions, il n’est pas question de relâcher la pression pour autant. Si les éleveurs ont été nombreux à profiter du temps estival de ce début juin pour faire leurs foins, dans quelques départements les récoltes ont été réalisées dans l’humidité et les risques d’échauffement sont bien présents.

Arvalis-Institut du végétal rappelle qu’il faut viser une teneur en matière sèche du foin d’au moins 84 % au pressage pour écarter tout risque d’échauffement. Quelques critères permettent de reconnaître un fourrage sec : les feuilles sont cassantes et les tiges sont sèches, l’andain ne doit laisser aucune sensation d’humidité au toucher (même la partie en contact avec le sol) et les nœuds sur les tiges ne doivent plus comporter de zones de couleur « vert chlorophylle » qui indique la présence résiduelle d’eau.

PRENDRE LA TEMPÉRATURE DU FOIN APRÈS SA RÉCOLTE

L’échauffement du foin est aggravé dans les balles de grande dimension ou à forte densité car la circulation de l’air n’est pas suffisante pour évacuer l’eau résiduelle et la chaleur produite. Le type de fourrage a aussi son impact : un fourrage jeune et riche sera plus sensible qu’un fourrage fauché tardivement (stade floraison ou plus tard). En cas de doute concernant la teneur en matière sèche du fourrage, il sera pertinent d’utiliser des capteurs pour mesurer la température du fourrage et vous alerter en cas de situation à risque.

Plusieurs capteurs de température sont disponibles sur le marché comme Haytech et Vigithermik

Deux phénomènes induisent une montée en température du fourrage : les cellules de la plante et les microorganismes. Les cellules encore vivantes peuvent faire chauffer le fourrage très rapidement après le pressage. Néanmoins, celles-ci ne sont plus actives en quelques jours seulement après la récolte. Ce sont alors les micro-organismes (levures et moisissures) qui se multiplient et provoquent un nouvel échauffement.

L’ÉCHAUFFEMENT DU FOURRAGE : DES RISQUES PLUS OU MOINS IMPORTANTS

Suite…

Étiquettes : , ,

About the Author

 

Fil journalier d’actualité de la presse agricole

Posted on Fév 24 2021 at 4 h 00 min

Les toutes dernières infos! Pour que les flux de données soient toujours "fraîches". Web Agri [...]

Read More

Communiqué de presse conjoint – réunion des ministres du Commerce de l’UE les 20 et 21 septembre 2020

Posted on Nov 17 2020 at 0 h 14 min

Read More

CHRONIQUE DE PIERRICK BERTHOU.

Posted on Août 17 2020 at 9 h 59 min

L'eau, la pluie, les sécheresses, les inondations … PLIC……..PLOC……..PLIC……..PLOC……..PLIC……PLOC........ PLIC……PLOC Ce texte est une réflexion [...]

Read More