preload

APLI
Actus

ENVIRONNEMENT ET ÉCONOMIE

by ApliCom

Posted on février 24, 2019 at 04:32

Les bandes ligno-cellulosiques : une « solution gagnant-gagnant »

Récolte de saules en TTCR

Les bandes ligno-cellulosiques permettent de concilier protection de la ressource en eau et production de biomasse. En Seine-Maritime, le projet Innobioma s’est penché sur le miscanthus et le saule en taillis de très courte rotation, deux cultures pérennes avec une croissance rapide et une forte production.

Sur le littoral de la Seine-Maritime, les enjeux liés à la protection de la ressource en eauet à la lutte contre l’érosion sont multiples, notamment pour la Pointe de Caux (zone de polyculture). Parmi les solutions envisageables : la mise en place de bandes enherbées s’avère efficace, mais leur valorisation n’est pas toujours possible. Face à ce contexte, la chambre d’agriculture (CA) de Seine-Maritime mobilise depuis 2011 des recherches « sur une culture capable d’apporter satisfaction d’un point de vue environnemental, sociétal et économique : les bandes ligno-cellulosiques (BLC) ».

Les bandes ligno-cellulosiques, quèsaco ?

« Cultures de plantes pérennes à croissance rapide et à forte production biologique, les BLC peuvent être exploitées pendant plus de 20 ans, avec une récolte tous les 1 à 3 ans », explique Bastien Langlois, conseiller biomasse énergie à la CA de Seine-Maritime. Parmi les espèces utilisées, on compte notamment le saule et le miscanthus. « Leur capacité d’infiltration est 15 fois supérieure aux cultures classiques, elles peuvent ainsi être considérées comme des aménagements d’hydraulique douce ».  D’après les tests réalisés, les BLC se montrent « aussi efficaces que l’herbe pour ralentir les écoulements et elles présentent également les mêmes capacités d’infiltration ».

De plus, la biomasse produite est valorisable dans diverses filières. L’idée était de trouver « une solution gagnant-gagnant, où l’agriculteur qui met en place une action en tire un bénéfice direct ».  Pour la valorisation, les membres du projet ont notamment travaillé à la construction d’une filière locale. En tout, 6 ha de saules et 11 ha de miscanthus ont été plantés sur la zone pilote de la Pointe de Caux entre 2015 et 2018.

Le projet Innobioma est piloté par la CA de Seine-Maritime, avec l’appui technique du Ceden (Cabinet d’études sur les déchets et l’énergie), de l’Areas (Association spécialisée dans la recherche de références sur la lutte contre l’érosion des sols) et de la CA de l’Eure. Parmi les autres partenaires du projet : leGIEE Terre eau énergie 76 et les différentes collectivités territoriales, en particulier les syndicats de bassin (vecteurs de communication sur le terrain).

« Déployer les BLC à plus grande échelle »

Les agriculteurs de la zone Innobioma ont été sollicités pour planter des BLC, avec l’appui des collectivités locales. 19 d’entre eux se sont engagés. Chacun a pu bénéficié d’un accompagnement par les membres du projet Innobioma. Les bandes ont fait ensuite l’objet d’un suivi régulier : plantation, matériel utilisé, lutte contres les adventices, etc. L’objectif : « lever les différentes impasses techniques au fil des campagnes ».

Suite…

 

Étiquettes : , , , ,

About the Author

 

Fil journalier d’actualité de la presse agricole

Posted on Fév 24 2021 at 4 h 00 min

Les toutes dernières infos! Pour que les flux de données soient toujours "fraîches". Web Agri [...]

Read More

Communiqué de presse conjoint – réunion des ministres du Commerce de l’UE les 20 et 21 septembre 2020

Posted on Nov 17 2020 at 0 h 14 min

Read More

CHRONIQUE DE PIERRICK BERTHOU.

Posted on Août 17 2020 at 9 h 59 min

L'eau, la pluie, les sécheresses, les inondations … PLIC……..PLOC……..PLIC……..PLOC……..PLIC……PLOC........ PLIC……PLOC Ce texte est une réflexion [...]

Read More