preload

APLI
Actus

Elevage porcin

by ApliCom

Posted on avril 30, 2019 at 04:52

Les nutritionnistes se focalisent sur l’alimentation de précision des cohons

Pour adapter les apports alimentaires à chaque animal afin d’optimiser les performances tout en limitant les rejets polluants, les chercheurs ont développé des modèles dynamiques qui tiennent compte à la fois des connaissances fondamentales et des données acquises en élevage.

Après la nutrition de précision pour le porc en croissance et la truie gestante développée les années précédentes, les chercheurs ont abordé cette année la phase de lactation. Une période complexe, puisque les truies doivent à la fois assurer leurs propres besoins et ceux de leurs porcelets. Une étude de l’Inra de Saint-Gilles, en Ille-et-Vilaine, démontre que pour couvrir précisément les besoins nutritionnels des truies allaitantes, il faut pouvoir combiner les connaissances acquises sur l’utilisation des nutriments des truies et les données produites en élevage au cours de la lactation : rang de portée, poids vif et épaisseur de lard dorsal à la mise bas, taille et poids de la portée à la mise bas et en cours de lactation, consommation journalière des truies… À partir de ces données, les chercheurs peuvent calculer quotidiennement les besoins nutritionnels. Ils peuvent aussi prédire les changements de réserves corporelles de la truie, en fonction de sa production laitière estimée et de la consommation d’aliment mesurée. Les dépenses d’entretien et de production laitière sont calculées chaque jour pour chaque truie, en fonction de ses propres caractéristiques et de ses performances.

Prédire le poids des truies pour mieux les alimenter

De son côté, l’Ifip a modélisé l’évolution du poids vif des truies en utilisant la base de données constituée à sa station de Romillé à partir de 90 truies nées entre 2012 et 2015. Selon les calculs réalisés par Nathalie Quiniou, ingénieure nutritionniste à l’Ifip, l’ordre de grandeur de l’erreur de prédiction varie entre 13 et 16 kg selon le modèle et le jeu de données utilisés. « Il peut être relativisé au regard de la variation de poids de la truie avant et après la miction, sachant que le volume d’urine peut atteindre en moyenne 17 litres par jour », prévient-elle. Cet écart est cependant important au regard des quantités ingérées, puisqu’il représente une différence de besoin d’entretien en énergie équivalent à environ 100 grammes d’aliment par jour. Nathalie Quiniou souligne également que la qualité de la prédiction est d’autant meilleure que le troupeau est homogène.

L’intérêt économique n’est pas encore démontré

Suite…

Étiquettes : ,

About the Author

 

Fil journalier d’actualité de la presse agricole

Posted on Fév 24 2021 at 4 h 00 min

Les toutes dernières infos! Pour que les flux de données soient toujours "fraîches". Web Agri [...]

Read More

Communiqué de presse conjoint – réunion des ministres du Commerce de l’UE les 20 et 21 septembre 2020

Posted on Nov 17 2020 at 0 h 14 min

Read More

CHRONIQUE DE PIERRICK BERTHOU.

Posted on Août 17 2020 at 9 h 59 min

L'eau, la pluie, les sécheresses, les inondations … PLIC……..PLOC……..PLIC……..PLOC……..PLIC……PLOC........ PLIC……PLOC Ce texte est une réflexion [...]

Read More