preload

APLI
Actus

Elevage porcin sans antibiotiques

by ApliCom

Posted on juillet 11, 2019 at 04:43

Élevés sans antibiotiques après sevrage

Éric Bozec a cessé la castration en 2013. Il élève ses charcutiers sans antibiotiques depuis 2014. Il teste actuellement l’arrêt de la coupe des queues.

Installé sur un élevage de 160 truies en 2013 à Plovan (29), après avoir été salarié en élevage de porcs, Éric Bozec s’est engagé rapidement dans la démarche sans antibiotiques après 42 jours, initiée par son groupement Cooperl. « Depuis 2014, seul un épisode pulmonaire sur la phase post-sevrage, engageant un traitement collectif sur quelques bandes, m’a écarté de cette charte ».

2,37 d’IC en engraissement

Depuis, l’éleveur ne traite aucun porc en engraissement avec des antibiotiques. Au pire, certains d’entre eux sont dirigés vers une infirmerie de 80 places, divisée en petites cases, qui sert également à loger les fins de lots, avant le départ à l’abattoir. « Quand un animal est traité, dans les élevages qui sont dans la même démarche, une boucle à l’oreille et deux frappes ATB permettent de l’identifier et de l’écarter du circuit », précise Noël Guillaume, responsable de zone du groupement. Le respect de la charte « sans antibiotique » vaut à l’éleveur 2 cts supplémentaires par kilo de carcasse.

Les truies sont conduites en 7 bandes, sevrage à 28 jours. L’aliment 1er âge est blanc (sans antibiotiques). Une pompe doseuse permet de traiter en cas de besoin, en post-sevrage, avant 42 jours. Les porcelets sont vaccinés contre l’œdème, le circovirus et le mycoplasme en maternité. En PS, 4 cases paillées de 60 places permettent de loger l’ensemble de la bande. Mâles et femelles sont mélangées. « Nos essais nous ont permis de constater que le sexage n’apporte rien en termes de performances dans la conduite des mâles entiers », poursuit Noël Guillaume. En engraissement, ces lots de 60 porcelets sont divisés en deux ou trois cases de 20 ou 30 porcs pour éviter les mélanges. L’aliment du commerce est distribué à sec : 1er et 2e âges, nourrain, croissance (de 33 à 70 kg, en moyenne) puis finition. Le départ de la bande à l’abattoir est effectué en 3 fois. Le premier tri est effectué à 145 jours d’âge. « Un peu plus de 10 % des animaux. Ensuite, tous les 10 jours », précise l’éleveur. En moyenne, ils partent à un poids (froid) de 98 kg. « C’est un peu lourd, du coup, le pourcentage d’animaux dans la gamme n’est que de 73 % ». Un choix assumé, en raison d’un indice de consommation 30-115 relativement bas, à 2,37.

Voir aussi :  La lumière du jour fait une percée dans les bâtiments
Éric Bozec, au centre, avec Noël Guillaume (à gauche) et Stéphane Jouanno, techniciens Cooperl.

1 % de carcasses odorantes

Suite…

Étiquettes : ,

About the Author

 

Fil journalier d’actualité de la presse agricole

Posted on Fév 24 2021 at 4 h 00 min

Les toutes dernières infos! Pour que les flux de données soient toujours "fraîches". Web Agri [...]

Read More

Communiqué de presse conjoint – réunion des ministres du Commerce de l’UE les 20 et 21 septembre 2020

Posted on Nov 17 2020 at 0 h 14 min

Read More

CHRONIQUE DE PIERRICK BERTHOU.

Posted on Août 17 2020 at 9 h 59 min

L'eau, la pluie, les sécheresses, les inondations … PLIC……..PLOC……..PLIC……..PLOC……..PLIC……PLOC........ PLIC……PLOC Ce texte est une réflexion [...]

Read More