preload

APLI
Actus

CETA & Co

by ApliCom

Posted on janvier 29, 2019 at 04:04

CETA & Co.: une atteinte aux droits des agriculteurs et travailleurs

En Europe, comme dans la plupart des pays du monde, les accords de libre-échange (ALE) sont devenus le moyen, par excellence, par lequel les sociétés multinationales et les grandes entreprises élargissent leur conquête de nouveaux marchés.

Promue comme un remède à la crise économique frappant de nombreuses régions du monde, la seule croissance que ces entreprises suscitent par le biais des ALE est celle de leur propre puissance et de leur propre richesse. Elles assiègent ainsi nos institutions publiques, démantèlent nos réglementations (travail, environnement, santé) et tentent de neutraliser la société civile et nos luttes pour des réformes sociales.

Pour nous, agriculteurs, les enjeux sont encore plus grands : d’une part, le dumping des excédents agroindustriels bon marché dans nos régions porte souvent un coup fatal à nos moyens de subsistance, car des prix aussi bas ne nous permettent pas de couvrir les couts de production ou d’avoir un revenu minimum. D’autre part, les ALE paralysent les politiques publiques telles que la PAC, abandonnant les réglementations et contrôles de la production pour les adapter aux ambitions du marché mondial de la chaine alimentaire industrielle, vers lequel le fournisseur le moins cher exporte. Le mensonge consiste à dire que les agriculteurs, les consommateurs et la nature ont les mêmes intérêts que les grandes entreprises.

Peut-on améliorer les ALE ? La question devrait plutôt être : « Est-ce qu’un accord élaboré de A à Z par des multinationales et des grandes entreprises peut servir le peuple ? »

L’accord de libre échange entre l’UE et le Canada (CETA) incarne précisément tout ce qui précède.

Il y a, d’une part, la suppression des droits de douane sur la quasi-totalité des produits et l’augmentation des quotas d’importation. Si le CETA devient opérationnel, les quotas de l’UE pour les importations de viande de bœuf et de porc seront autorisés à être multiplié par 14 par rapport aux niveaux actuels. Le problème est qu’il y a déjà un surplus de viande en Europe ! Et cela cause des prix destructeurs pour les producteurs ! L’importation du bœuf canadien sans frais de douane signifie des quotas encore plus importants pour d’autres pays (Mercosur, Australie, Nouvelle-Zélande…) où les couts de production sont encore plus bas.

Suite…

 

Étiquettes : , , , ,

About the Author

 

Fil journalier d’actualité de la presse agricole

Posted on Fév 24 2021 at 4 h 00 min

Les toutes dernières infos! Pour que les flux de données soient toujours "fraîches". Web Agri [...]

Read More

Communiqué de presse conjoint – réunion des ministres du Commerce de l’UE les 20 et 21 septembre 2020

Posted on Nov 17 2020 at 0 h 14 min

Read More

CHRONIQUE DE PIERRICK BERTHOU.

Posted on Août 17 2020 at 9 h 59 min

L'eau, la pluie, les sécheresses, les inondations … PLIC……..PLOC……..PLIC……..PLOC……..PLIC……PLOC........ PLIC……PLOC Ce texte est une réflexion [...]

Read More