preload

Assolement: du pois chiche en Normandie?

Posted on janvier 19, 2019 at 04:56

Nicolas Duflot fait pousser des pois chiches en Normandie

Pois chiche

Afin de diversifier son Afin de diversifier son assolement, Nicolas Duflot s’est lancé dans la culture du pois chiche il y a trois ans. Économe en intrants, résistante à l’Aphanomyces… : cette légumineuse présente de multiples atouts. Surtout présente en Occitanie, elle demande quelques adaptations pour être cultivée en Normandie.

Sur ses terres séchantes du sud de l’Eure, Nicolas Duflot cultive 150 ha de grandes cultures (blé, colza, pois vert, lin textile…). Pratiquant le non-labour depuis environ trois ans, l’agriculteur de Mesnil-sur-Iton cherche à diversifier son assolement afin de « gérer le salissement des parcelles, notamment ray-grass et vulpin », précise-t-il. En 2016, la chambre d’agriculture de l’Eure propose, dans le cadre de son plan « diversification », la possibilité aux agriculteurs de cultiver du pois chiche sous contrat. L’agriculteur se lance alors dans l’aventure la même année avec trois hectares.

Une culture aux multiples atouts

Cultivée surtout en Occitanie, le pois chiche a une bonne capacité d’adaptation sur des sols de limons peu épais et résiste bien aux manques d’eau : « conditions symptomatiques de la zone sud de l’Eure », selon la chambre d’agriculture du département. La conduite de culture est relativement proche de celle du pois protéagineux. Culture de printemps supplémentaire bienvenue dans les rotations, le pois chiche est aussi relativement économe en intrants et n’est pas soumis à la verse.

De plus, il dispose de peu d’insectes ravageurs et résiste bien à l’Aphanomyces. Cette dernière caractéristique a particulièrement convaincu Nicolas Duflot, qui souhaitait diminuer sa sole de pois vert pour « limiter le risque Aphanomyces ». Cette légumineuse demande toutefois une légère fertilisation en début de cycle, car les nodosités sont absentes dans les zones septentrionales. Côté équipement, pas de besoin spécifique. La culture peut être récoltée avec une moissonneuse-batteuse classique.

Itinéraire technique du pois chicheItinéraire technique du pois chiche. (©Chambre d’agriculture de l’Eure)

Autre avantage : Nicolas Duflot bénéficie d’un débouché garanti pour ses pois chiches : il dispose d’un contrat cadre avant emblavement avec le groupe BZ (nouveau nom de Beuzelin). Présent sur la grande région normande, ce dernier collecte environ 800 tonnes de pois chiche par campagne depuis 2016 et commercialise en tout 250 000 tonnes de légumes secs par campagne (par sa filiale BZ Pulses). Avec un site dédié aux protéagineux situé à Beaubray (Eure), 80 % des pois chiches sont collectés dans l’Eure, le reste dans l’Eure-et-Loir et l’Orne.

Lire la suite…

Bienvenue les vers de terre !

Posted on Fév 21 2019 at 4 h 56 min

Bienvenue les vers de terre - La bande annonce from Actualités Locales au Cinéma on [...]

Read More

La population agricole européenne vieillit !

Posted on Fév 21 2019 at 4 h 54 min

La pyramide des âges menace l’agriculture européenne Les États membres ne peuvent faire l’impasse sur [...]

Read More

Les toutes dernières innovations de « co-farming »

Posted on Fév 21 2019 at 4 h 42 min

L’agriculture collaborative regagne en compétitivité Les toutes dernières innovations en matière de « co-farming » [...]

Read More