preload

APLI
Actus

Anti-élevage

by ApliCom

Posted on septembre 26, 2019 at 04:53

Jusqu’à six mois de prison ferme requis contre 14 militants animalistes

Résultat de recherche d'images pour "antispéciste"

Le jugement a été mis en délibéré au 5 novembre.

Il est reproché à ces militants de s’être introduits dans trois exploitations agricoles, à Beaulieu (Orne), Goussainville (Eure-et-Loir) et Jumelles (Eure) pour « libérer » des volailles et des porcs, le 14 avril 2019 et le 13 décembre 2018.

Lors de la seconde action, un mouvement de panique au sein de l’exploitation de l’Eure avait causé la mort par étouffement de près de 1 400 dindes, a précisé le parquet.

« Nous ne sommes pas là pour juger des idéaux mais des infractions pénales », a souligné la procureure de la République Dominique Puechmaille, avant de regretter « l’indécence » des militants qui « comparent l’élevage à la dictature nazie ». « Les camps de concentration sont toujours là. On libère des prisonniers », avait un peu plus tôt lancé à la barre une prévenue de 25 ans.

Le parquet a requis 18 mois de prison dont six ferme contre deux prévenus, Solveig Halloin, 44 ans et Vincent Aubry, 32 ans, deux « porte-parole » de l’association « Boucherie Abolition ». Il a en outre demandé 18 mois de prison avec sursis contre neuf des prévenus, 4 mois avec sursis contre un autre et 2 mois avec sursis contre un dernier.

« RISQUE ÉVIDENT DE RÉCIDIVE »

« Je ne suis pas l’avocat de mafieux », a plaidé Me Pierre Morrier, l’avocat d’un couple d’éleveurs victimes, dont l’exploitation connaît « 2 ou 3 décès par jour, ce qui témoigne de la performance de cette exploitation ». « On traite nos clients de kapos, de nazis… rendez-vous compte de la tonalité des débats ! », a-t-il ajouté.

L’avocate de trois militants, cofondatrice du Parti animaliste, Hélène Thouy, a affirmé que « l’animal n’est pas une chose que l’on vole. L’animal n’est pas couvert par l’infraction de vol ».

« L’animal relève du régime des biens. Lorsque l’on prend deux dindes dans un élevage (le 13 décembre 2018 ndlr), c’est du vol », a rétorqué la procureure. Elle a dénoncé la « particulière gravité des faits, qui génère une véritable psychose chez les éleveurs ».

La magistrate a pointé un « risque évident de récidive, car les prévenus ne se remettent pas du tout en cause ». Ces derniers, âgés de 25 à 50 ans, ont reconnu les faits, plaidant la désobéissance civile. Certains portaient des tee-shirts avec des slogans comme : « Quelle justice pour les victimes de l’élevage ? », « Elevage hors la loi », ou « Sauver des vies n’est pas un crime ».

Les échanges ont parfois été tendus entre les avocats de la défense et le président du tribunal, de même qu’entre le parquet et Solveig Halloin, qui a lancé à la procureure « Vous voulez essayer l’encagement ? ».

===>

Étiquettes : , ,

About the Author

 

Fil journalier d’actualité de la presse agricole

Posted on Fév 24 2021 at 4 h 00 min

Les toutes dernières infos! Pour que les flux de données soient toujours "fraîches". Web Agri [...]

Read More

Communiqué de presse conjoint – réunion des ministres du Commerce de l’UE les 20 et 21 septembre 2020

Posted on Nov 17 2020 at 0 h 14 min

Read More

CHRONIQUE DE PIERRICK BERTHOU.

Posted on Août 17 2020 at 9 h 59 min

L'eau, la pluie, les sécheresses, les inondations … PLIC……..PLOC……..PLIC……..PLOC……..PLIC……PLOC........ PLIC……PLOC Ce texte est une réflexion [...]

Read More