preload

APLI
Actus

agroécologie

by ApliCom

Posted on septembre 20, 2019 at 04:44

Du semis direct sous couvert en bio, en bandes et en “opportuniste”

 

Du semis direct sous couvert en bio, en bandes et en "opportuniste"
Félix Noblia au salon Tech&Bio 2019 (©Raphaël Lecocq)

L’EXPLOITANT ET L’EXPLOITATION

Polyculteur-éleveur (50 mères Angus allaitantes) à Bergouey Viellenave (64), Felix Noblia s’est installé en 2008 sur 100 hectares dont 35 ha de prairies permanentes. Il abandonne d’emblée la monoculture de maïs, se lance dans le semis direct sous couvert (SDSC), introduit des prairies et le pâturage tournant dynamique pour autonomiser son troupeau, privilégie les filières courtes pour valoriser ses céréales et oléagineux. Il se convertit à l’Agriculture Biologique en 2016, ce qui lui impose de relever le défi du SDSC en bio, un verrou agronomique. Sur le sujet, il collabore avec Arvalis et des constructeurs et réserve une partie de sa sole à de l’expérimentation. Il participe à Agr’Eau, un programme de développement de la couverture végétale (couverts, agroforesterie) sur le bassin Adour-Garonne.

Le semis direct sous couvert en bio, possible ou impossible ?

Félix Noblia : clairement, on n’y est pas encore. On a des réussites, on a des échecs, on sait dire pourquoi ça a marché, pourquoi ça a raté, mais il nous faudra encore quelques années pour être certain, ou presque, de réussir à chaque fois. On réussit des sojas derrière des seigles, on réussit des maïs derrière des couverts de légumineuses. Le problème c’est que l’on n’est pas encore capable de les reproduire systématiquement. Il y a des facteurs que l’on ne maîtrise pas. Il nous manque des clés agronomiques.

Quelles sont ces clés agronomiques manquantes ?

Félix Noblia : on peut citer la levée de dormance de plantes vivaces qui peuvent être plus ou moins inhibées avec l’utilisation d’autres plantes vivaces dans l’interculture. Mais là, on joue avec des couverts permanents et c’est extrêmement complexe en terme de gestion de compétition et de fertilité. On est dans une complexité telle que l’on n’a pas encore identifié l’ensemble des facteurs nous donnant des gages sérieux de réussite. En mobilisant des d’outils informatiques, avec de la modélisation participative et du partage de savoir-faire, on a des marges de progrès.

Quelles sont les avancées notables d’ores-et-déjà effectives ?

Félix Noblia : une des pistes travaillées par Arvalis ou encore le programme Agr’Eau consiste à avoir une approche en bande, avec une alternance des rangs cultivés et de rangs implantés de couverts, lesquels sont maîtrisés au moyen de différents outils mécaniques inter-rangs tels qu’en proposent des constructeurs comme Eco-Mulch, Oekosem ou Roll’n’Sem. Dans ces itinéraires, on ne parle plus exactement de semis sous couvert mais de travail du sol superficiel, de travail en bande. Ce sont des pistes de travail intéressantes, qui ouvrent la voie à de nouvelles techniques telles que le relay-cropping.

Où en êtes-vous de vos propres expérimentations ?

Félix Noblia : cette année, je vais adopter une stratégie que je qualifie d’opportuniste. Elle consiste à semer des mélanges binaires sur la quasi-totalité des surfaces, des mélanges qui, selon la façon dont se comportera l’année, seront soit moissonnés, soit exploités en fourrage pour les animaux, soit en couverts, mais je ne peux pas dire à l’avance quelle sera la destination de telle ou telle parcelle. Si l’on connaît les conditions dans lesquelles on sème, on ne sait rien de la suite du cycle de culture. Et comme on ne peut pas prévoir, on est obligé d’avoir une gestion opportuniste, et alors, on peut se permettre ainsi d’avoir des itinéraires avec très peu de travail du sol voire pas du tout sur certaines séquences.

Qu’en est-il de la fertilisation en bio, autre facteur limitant ?

===>

Étiquettes : ,

About the Author

 

Fil journalier d’actualité de la presse agricole

Posted on Fév 24 2021 at 4 h 00 min

Les toutes dernières infos! Pour que les flux de données soient toujours "fraîches". Web Agri [...]

Read More

Communiqué de presse conjoint – réunion des ministres du Commerce de l’UE les 20 et 21 septembre 2020

Posted on Nov 17 2020 at 0 h 14 min

Read More

CHRONIQUE DE PIERRICK BERTHOU.

Posted on Août 17 2020 at 9 h 59 min

L'eau, la pluie, les sécheresses, les inondations … PLIC……..PLOC……..PLIC……..PLOC……..PLIC……PLOC........ PLIC……PLOC Ce texte est une réflexion [...]

Read More