preload

APLI
Actus

AGRICULTURE BIOLOGIQUE

by ApliCom

Posted on août 02, 2019 at 04:10

Sept clés pour des intercultures efficaces

Mélange semé en avoine, tournesol, phacélie, radis chinois et vesce au salon Tech et bio à La-Roche-sur-Yon fin mai. Il vise à restructurer le sol, capter l'azote, concurrencer les adventices et peut être valorisé en fourrage.

Les couverts végétaux contribuent à la robustesse des systèmes de culture biologiques. Ils doivent être pensés avec les contraintes spécifiques à ce mode de production.

Durant les périodes d’intercultures, l’utilisation de couverts végétaux est source de multiples fonctions : limiter les transferts de nitrates vers les eaux ; mobiliser les éléments nutritifs du sol (P, K) ; réduire les achats d’engrais chimiques grâce à la restitution d’azote entre autres ; préserver la structure du sol et lutter contre l’érosion ; concurrencer le développement des adventices ; maintenir et développer la biodiversité ; produire du fourrage pour les animaux. En production biologique, ces intercultures ont un rôle particulièrement important dans l’équilibre du système, à condition d’être bien réfléchies. Car il n’existe pas ou peu de leviers de rattrapage en termes de destruction des couverts, et de lutte contre les maladies et les ravageurs. Le choix du couvert doit donc répondre à plusieurs règles.

Diversifier les espèces pour atteindre tous les objectifs

Les conditions climatiques favorisent certaines espèces et en défavorisent d’autres. La diversification de l’association assure donc la réussite du couvert quelle que soit la météo. Il faut penser au caractère gélif ou non-gélif des plantes selon le mode de destruction que l’on veut privilégier, et l’objectif éventuel de récolte en sortie d’hiver (coupe pour fourrage).

Éviter les espèces présentes dans la rotation

Pour couper les cycles des ravageurs et des maladies, il faut éviter d’introduire dans les couverts les espèces utilisées en cultures. Ce n’est pas toujours évident étant donné la longueur et la diversité des rotations en agriculture biologique. Au minimum, il faut limiter et surtout espacer les espèces semblables. Attention aux graminées pouvant générer des repousses et imposer une destruction mécanique.

Jouer sur la complémentarité des espèces

Un couvert doit coloniser toutes les strates aériennes afin d’atteindre une production de biomasse d’au moins 4 tonnes de matière sèche par hectare (plantes couvrantes, tuteurs, grimpantes). « Plus un couvert est dense, plus il apporte de nourriture à la vie du sol, et plus sa destruction est efficace » assure Mathieu Arnaudeau de la Chambre d’agriculture des Pays de la Loire. Cette occupation de l’espace est également un moyen de concurrencer les différents types d’adventices. La colonisation doit s’opérer aussi au niveau racinaire en visant notamment un développement vertical (racines pivot) afin d’éliminer les obstacles aux racines des cultures à suivre.

Veiller à la précocité des variétés

La destruction du couvert doit se faire impérativement avant la montée à graines pour éviter le salissement des parcelles. En fonction de la durée souhaitée de l’interculture, il faut donc adapter la précocité des variétés.

Réfléchir au mode de destruction… avant l’implantation !

« La réflexion sur la destruction du couvert doit être initiée dès le début car il n’y a pas de solution chimique de rattrapage, insiste Mathieu Arnaudeau. Et pour contenir les coûts, il est important de limiter les interventions mécaniques. » Les modes de destruction à disposition sont le gel, le roulage, le broyage, le déchaumage, ainsi que le labour (léger ou profond). Une gelée blanche combinée à un roulage suffit en général à détruire un couvert : c’est la solution la plus économique. Le broyage ou le déchaumage seront utiles pour prémâcher la matière organique, avant de l’intégrer éventuellement au sol via un labour. Dans le cas d’un couvert à vocation fourragère en sortie d’hiver et comprenant souvent une céréale, la destruction s’opère via la coupe. Un travail du sol, même léger, est ensuite incontournable pour détruire la graminée et préparer l’implantation de la culture suivante.

Choisir la date de destruction pour optimiser les restitutions

Source…

Étiquettes : ,

About the Author

 

Fil journalier d’actualité de la presse agricole

Posted on Fév 24 2021 at 4 h 00 min

Les toutes dernières infos! Pour que les flux de données soient toujours "fraîches". Web Agri [...]

Read More

Communiqué de presse conjoint – réunion des ministres du Commerce de l’UE les 20 et 21 septembre 2020

Posted on Nov 17 2020 at 0 h 14 min

Read More

CHRONIQUE DE PIERRICK BERTHOU.

Posted on Août 17 2020 at 9 h 59 min

L'eau, la pluie, les sécheresses, les inondations … PLIC……..PLOC……..PLIC……..PLOC……..PLIC……PLOC........ PLIC……PLOC Ce texte est une réflexion [...]

Read More